Navigation

Pourquoi le CICR restera en Afghanistan

Les événements les plus récents en Afghanistan ont retenu l'attention du monde entier. Nombre de ces scènes produisent un sentiment de déchirement.

Ce contenu a été publié le 24 août 2021 - 12:11

Les civils afghans ont enduré des décennies de conflit, et si nous sommes soulagés que Kaboul ait jusqu'à présent évité des combats majeurs, nous n'oublions pas les milliers de civils blessés et déplacés lors des récents affrontements dans d'autres centres urbains.

L'Afghanistan est au milieu d'une transition dont il est difficile pour les Afghans, et pour nous tous, de prévoir l'issue. Mais je sais deux ou trois choses avec certitude.

Premièrement, je sais que le Comité international de la Croix-Rouge reste engagé auprès du peuple afghan. Le CICR est présentLien externe dans le pays depuis 1987, et nous y resterons dans un avenir prévisible pour poursuivre notre travail d'assistance et de protection des victimes de conflits.

L'autre chose que je sais, c'est la nécessité de notre présence: les besoins humanitaires sont et resteront élevés. Pour vous donner un exemple frappant, depuis le 1er août, plus de 7 600 patients blessés par armes ont été traités dans des installations soutenues par le CICR dans tout le pays. En juin, juillet et août, plus de 40 000 personnes blessées par des armes ont été traitées dans des structures soutenues par le CICR.

Ces chiffres sont choquants et témoignent de la gravité des récents combats. Et, bien sûr, les personnes gravement blessées par des armes de guerre ont souvent besoin d'un traitement long et spécialisé. Leur rétablissement peut prendre des années. Elles doivent souvent passer par de la rééducation physique, l'adaptation à une nouvelle prothèse de bras ou de jambe, les bouleversements mentaux et émotionnels d'une nouvelle vie, mais aussi, en fin de compte, des étapes positives, comme retrouver la capacité de marcher et une formation professionnelle avancée.

«Les besoins humanitaires sont et resteront élevés.»

End of insertion

Pourtant, même si, comme on l'espère, les combats sont vraiment terminés, nos équipes médicales et nos centres de rééducation physique s'attendent à recevoir des patients qui resteront des mois, voire des années, pour se remettre de blessures causées par les engins explosifs qui jonchent le pays, dont beaucoup ont été posés ces dernières semaines. Il est déchirant de voir nos services remplis d'enfants et de jeunes hommes et femmes qui ont perdu des membres.

Les besoins humanitaires en Afghanistan sont élevés depuis trop longtemps, et ces besoins, surtout ces dernières années, n'ont pas toujours été entièrement satisfaits.

Compte tenu de nos décennies de travail dans le pays, nous avons des relations établies de longue date avec les talibans. Les changements survenus en Afghanistan n'ont pas modifié notre relation avec eux, et la situation actuelle ne change pas la manière dont nous cherchons à opérer. Les talibans nous ont donné des garanties de sécurité, tant au niveau local qu'au niveau des hauts dirigeants, afin de poursuivre notre travail, y compris le travail effectué par nos collègues féminines.

Notre point de vue est que toutes les guerres finissent par se terminer. Et le traitement humain des civils et des détenus de tous les côtés du conflit contribue à une paix durable, qui à son tour conduit à une réduction des souffrances.

Notre projet est maintenant de rester en Afghanistan et de continuer à travailler main dans la main avec le Croissant-Rouge afghanLien externe pour aider ceux dont la vie a été marquée par la guerre.

Les opinions exprimées dans cet article ne reflètent pas nécessairement celles de swissinfo.ch.

Les commentaires ont été désactivés pour cet article. Vous pouvez trouver un aperçu des conversations en cours avec nos journalistes ici. Rejoignez-nous !

Si vous souhaitez entamer une conversation sur un sujet abordé dans cet article ou si vous voulez signaler des erreurs factuelles, envoyez-nous un courriel à french@swissinfo.ch.

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.