Navigation

Coronavirus: la situation en Suisse

Une manifestation contre les mesures sanitaires à Berne, le jeudi 16 septembre 2021. Keystone / Peter Klaunzer
Ce contenu a été publié le 21 septembre 2021 - 16:31
swissinfo.ch avec l'ATS et la RTS

La situation se détend un peu sur le front sanitaire. L’Office fédéral de la santé publique indique que l’évolution «positive» de la pandémie se poursuit.

Les derniers développements:

  • L’OFSP annonce une diminution du nombre des infections et des hospitalisations
  • Le taux d’occupation des soins intensifs reste toutefois «à un niveau très élevé», avec trois quarts des lits occupés
  • Les hospitalisations touchent particulièrement les jeunes et les personnes à forte mobilité
  • Les autorités de la ville de Berne ont annoncé que les manifestations non autorisées contre les mesures de lutte contre la pandémie ne seront plus autorisées
  • À Berne toujours, le Palais fédéral ne devrait être accessible qu’avec un certificat Covid à partir du 2 octobre

Quelles sont les dernières décisions du gouvernement?

Le Conseil fédéral a annoncé le 17 septembre un durcissement des conditions d'entrée en Suisse. A partir du lundi 20 septembre, les personnes non vaccinées ou non guéries du coronavirus devront présenter un test négatif pour entrer dans le pays, quel que soit le pays de provenance ou le moyen de transport utilisé.

Le Conseil fédéral souhaite ainsi éviter une hausse des cas après les vacances d'automne, comme cela a été le cas après les vacances d'été, a-t-il expliqué. 

Les certificats sanitaires étrangers seront aussi mieux reconnus à partir du lundi 20 septembre. Toutes les personnes vaccinées à l'étranger avec un vaccin approuvé par l'Agence européenne des médicaments qui habitent ou voyagent en Suisse pourront obtenir le certificat Covid suisse. Nos explications dans l'article ci-dessous:

Depuis le 13 septembre, il est obligatoire de présenter un certificat Covid pour la plupart des activités de sport, de culture et de loisirs en intérieur. Il est prévu que la mesure dure jusqu’au 24 janvier, sauf si la situation se détend de manière significative d’ici là sur le front sanitaire.

Office fédéral de la santé publique

Pour le gouvernement, cette extension vise à éviter la surcharge du système hospitalier et à éviter de nouvelles fermetures.

Il est possible d’abandonner les autres mesures de protection dans les endroits où le certificat est exigé - notamment la distanciation sociale, la limitation d’occupation des salles et le port d’un masque.

Le jour de l'entrée en vigueur de l'extension du certificat Covid, la nouveauté a semblé plutôt bien accueillie dans les restaurants, selon un reportage de la RTS.

Mais les anti-mesures sanitaires sanitaires donnent de la voix depuis quelques jours. Le soir du 16 septembre à Berne, notamment, une manifestation à laquelle ont pris part plusieurs milliers de personnes a été émaillée d'incidents.

La police a utilisé un canon à eau devant le Palais fédéral. Certains protestataires ont réagi en jetant des objets en direction du Palais fédéral et en lançant des pétards. L'événement, lancé sur les réseaux sociaux, n'avait pas été autorisé par les autorités. Le conseiller fédéral Guy Parmelin a condamné les violences. 

Les autorités de la ville de Berne ont annoncé ne désormais plus tolérer de manifestions non autorisées.

Les images de la RTS:

Contenu externe

Par ailleurs, la question du maintien de la gratuité des tests Covid fait débat au sein de la classe politique. Le Conseil fédéral a prévu de les rendre payants dès le 1er octobre pour les personnes sans symptômes. Mais le Parlement se rebiffe. Un seul parti, le PLR, soutient cette stratégie. 

Le gouvernement mène actuellement une discussion sur le sujet et se dit prêt à chercher des solutions pour certaines catégories de personnes. 

Comment la pandémie évolue-t-elle en Suisse?

La Suisse reste dans le peloton de tête des pays européens les plus infectés, mais la situation se détend un peu. Lors du point presse du mardi 21 septembre, le chef de la section Gestion de crise de l’OFSP Patrick Mathys a indiqué que l’évolution positive de la pandémie s’est poursuivie depuis la semaine dernière.

Contenu externe
Contenu externe
Contenu externe

Le nombre d’hospitalisations et d’infections est en légère baisse. Cette amélioration serait liée au recul du nombre de personnes de retour de voyage à l’étranger. Le 21 septembre, la Suisse dénombrait 1235 cas de plus que la veille, 4 nouveaux décès et 43 hospitalisations. Les cantons les plus touchés se trouvent en Suisse centrale et orientale.

Le taux d’occupation de soins intensifs reste toutefois à un niveau très élevé. Les trois quarts des lits sont occupés, dont 30% par des malades Covid.

Les autorités sanitaires continuent de miser sur la vaccination. Devant la presse, la vice-présidente de la Task Force de la Confédération Samia Hurst a rappelé que neuf hospitalisations sur dix peuvent être évitées par la vaccination, ajoutant que jusqu’à 40'000 hospitalisations pourraient être évitées si toutes les personnes qui ne sont pas encore vaccinées l’étaient.

Comment se déroule la vaccination?

Après une stagnation durant l'été, les vaccinations reprennent. Actuellement, selon les chiffres officiels, plus de 53% des Suisses ont reçu les deux doses. Mais ce nombre est légèrement sous-estimé, car il ne prend en compte que les personnes ayant reçu deux doses, et pas celles guéries de la maladie ayant reçu une seule dose de vaccin mais néanmoins considérées comme vaccinées.

L'annonce de l'extension du passe sanitaire semble également donner un nouvel élan à la campagne de vaccination. Les centres de vaccination sans rendez-vous sont pris d'assauts dans plusieurs cantons. Les inscriptions en ligne ont également connu un bond important par rapport à la semaine précédente. 

Reste que le nombre de personnes vaccinées en Suisse se situe parmi les plus bas d'Europe. Si la Suisse continue à vacciner sa population à la vitesse actuelle, elle n'atteindra le taux de vaccination de la France, de l'Italie ou de la Grande-Bretagne qu'à Noël, a souligné Tanja Stadler, la responsable de la Task force scientifique de la Confédération. Le taux de vaccination du Portugal ne serait lui atteint qu'au début du printemps.

L’Office fédéral de la santé publique a lancé une campagne pour vacciner les adolescents et les jeunes adultes. La marge de manœuvre est importante, car seulement 27% des 12 à 19 ans et 46% des 20 à 29 ans sont vaccinés. La campagne à leur attention consiste en de courtes vidéos humoristiques diffusées sur les réseaux sociaux.

Contenu externe

Quelle est la situation aux frontières?

On l'a dit, après avoir longtemps eu une des réglementations les plus souples d'Europe, la Suisse a opté pour un durcissement des conditions d'entrée sur son sol. Dès le 20 septembre, les personnes non vaccinées ou non guéries du coronavirus devront présenter un test Covid négatif pour entrer dans le pays.

Il existe cependant des exceptions. Seront exemptés de cette obligation: les enfants de moins de 16 ans, les frontaliers, les personnes en transit et celle qui franchissent la frontière pour transporter des marchandises ou des personnes dans le cadre d’une activité professionnelle.

Le Conseil fédéral a décidé de renoncer à sa liste rouge des pays à risque tenue par l'Office fédéral de la santé publique. Celle-ci ne fait plus sens en raison du variant Delta, très contagieux, qui peut régionalement faire augmenter très vite le nombre de cas.

La liste du Secrétariat d'Etat aux migrations reste toutefois maintenue. Celle-ci régit les personnes autorisées à entrer en Suisse. Tous les pays hors de l'espace Schengen qui ne figurent pas sur cette liste sont considérés comme des pays à risques. Des restrictions d'entrée s'appliquent donc pour les ressortissants non vaccinés de ces Etats.

Et pour les Suisses qui voyagent? Depuis le 9 juillet, les citoyens suisses qui souhaitent se rendre dans un pays de l'UE, en Islande ou en Norvège pendant les vacances d'été peuvent présenter leur certificat Covid à l'entrée dans le pays.

Les États-Unis ont assoupli les restrictions d’entrées sur leur territoire. Dès le 1er novembre, l’accès au pays sera autorisé pour les personnes vaccinées. Elles devront toutefois se faire tester trois jours avant le voyage et porter un masque.

Comment se porte l'économie suisse?

L'économie suisse a relativement bien résisté à la crise provoquée par la pandémie de coronavirus, grâce aux mesures de soutien et une politique monétaire accommodante, selon le Fonds monétaire international (FMI).

Selon les projections du FMI, le produit intérieur brut helvétique doit croître cette année de 3,5% et la suivante de 2,8%, confirmant ainsi ses précédentes estimations d'avril, a indiqué l'institution au terme de sa revue périodique.

Les chiffres du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) montrent une croissance du PIB de 1,8% au 2ème trimestre 2021, par rapport aux trois premiers mois de l'année, porté par l'assouplissement des restrictions sanitaires.

Cependant, le baromètre conjoncturel du KOFLien externe est moins optimiste. A l'exception de l'industrie, tous les indicateurs sont à la baisse en août à cause de la crainte d'une quatrième vague de Covid-19.

Au niveau du marché de l'emploi, le FMI s'attend à ce que le taux de chômage monte sur l'exercice en cours à 3,5%, avant de légèrement refluer à 3,4% en 2022. 

Comment évolue la pandémie dans le monde?

Contenu externe

Les campagnes de vaccination sont en cours dans la plupart des pays développés, mais il pourrait s'écouler des mois, voire des années, avant qu'entre 50 et 75% de la population ne soit vaccinée, ce qui permettrait d'obtenir ce que l'on appelle l'immunité collective.

Notre tableau régulièrement mis à jour indique le nombre de doses de vaccin pour 100 habitants qu'un pays a déjà administrées. Pour la plupart des vaccins, deux doses sont nécessaires à au moins trois semaines d'intervalle pour assurer une protection durable. 

Contenu externe

Quelle est la situation des Suisses résidant à l'étranger? 

Les Suisses de l’étranger, leur famille proche (conjoint, enfants, parents et beaux-parents vivant dans le même foyer) et les frontaliers sans assurance obligatoire des soins pourront désormais se faire vacciner en Suisse.

Le coût de cette vaccination sera pris en charge par la Confédération, comme l’ont demandé les cantons.

L'introduction du certificat Covid complique toutefois la vie de beaucoup de Suisses et Suissesses de l'étranger, qui voient leur vaccination non reconnue:

Retrouvez quotidiennement sur notre application 📱SWI plus📱 un résumé de l'actu et échangez entre vous et avec nous sur notre forum.
👉 AndroidLien externe 
👉 iPhoneLien externe  

End of insertion

Suivez SWI swissinfo.ch iciLien externe, sur FacebookLien externe et sur TwitterLien externe pour obtenir les dernières informations sur la situation en Suisse.

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.