Navigation

Manami Miyara, la voix de la démocratie à Ishigaki

À plus de 2000 kilomètres au sud-ouest de Tokyo, la petite île d'Ishigaki est devenue un centre d'activité pour la démocratie directe. Manami Miyara est la première voix de notre nouvelle série sur la liberté d'expression dans le monde. 

Ce contenu a été publié le 12 juillet 2021 - 09:47

Ishigaki est éloignée des grands centres urbains du Japon. L'île se trouve à près de 2000 kilomètres de la capitale Tokyo et à plus de 1000 kilomètres de l'île principale la plus proche, Kyushu. Environ 50’000 personnes vivent sur l'île, dont Manami Miyara, 28 ans, qui y est née et y a grandi. Reste que malgré son éloignement et sa taille - environ 1,5 fois celle du Liechtenstein - Ishigaki s'est récemment retrouvée au centre des luttes de pouvoir géopolitiques en Asie de l'Est. 

En tant que voisin direct de l'archipel contesté et inhabité des Senkaku, Ishigaki est devenue une ligne de front dans la lutte pour l'influence géopolitique en mer de Chine orientale. C'est la raison pour laquelle les «Forces d'autodéfense japonaises» prévoient d'établir une nouvelle base sur l'île subtropicale - une initiative très contestée qui a incité les habitants, dont Manami, à faire entendre leur voix. 

Ishigaki fait partie de la préfecture d'Okinawa, aujourd'hui la partie la plus méridionale du Japon. Cependant, Okinawa, un chapelet de dizaines d'îles s'étendant sur près de mille kilomètres, était un royaume indépendant jusqu'à la fin du XIXe siècle. Elle est ensuite devenue une zone tampon entre les intérêts chinois et japonais, avant d'être annexée par Tokyo en 1879. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Okinawa est devenue le seul et unique champ de bataille du Japon. Après cela, les États-Unis ont occupé la chaîne d'îles pendant des décennies - jusqu'en 1973, date à laquelle le Japon a repris le contrôle. 

Pour les habitants d'Okinawa, la question des bases militaires est très étroitement liée à leur expérience quotidienne: environ deux tiers des installations militaires américaines au Japon sont toujours concentrées à Okinawa. Par conséquent, compte tenu de la distance géographique et des différents chemins historiques empruntés, les habitants d'Okinawa sont peut-être plus enclins à faire entendre leur voix par le biais de l'initiative populaire et du référendum que les Japonais du continent, explique Manami Miyara dans cette première vidéo de notre série «Les voix de la démocratie dans le monde».

Série Liberté d'expression

Les commentaires ont été désactivés pour cet article. Vous pouvez trouver un aperçu des conversations en cours avec nos journalistes ici. Rejoignez-nous !

Si vous souhaitez entamer une conversation sur un sujet abordé dans cet article ou si vous voulez signaler des erreurs factuelles, envoyez-nous un courriel à french@swissinfo.ch.

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.