Navigation

Le roi suisse des casinos fait l'objet d'un mandat d'arrêt aux États-Unis

Hans Jecklin en 1994 devant une des machines à sous de sa société Tivolino Holding AG à Zurich. Le self made man a connu un parcours hors du commun dans le monde des casinos, en Suisse puis aux Etats-Unis. Keystone / Niklaus Stauss

S'il pose le pied sur le sol américain, le «patriarche des jeux d'argent» Hans Jecklin sera arrêté et mis en prison pour outrage. Tel est ce que vient de décider la justice américaine, dans le cadre de la procédure qui voit s'opposer l'entrepreneur alémanique à ses créanciers.

Ce contenu a été publié le 01 octobre 2021 - 16:00
Marie Maurisse, Gotham City

À la 9e Cour d'appel de San Francisco, l'honorable juge Atsushi Wallace Tashima ne cache pas son courroux. Fin août, il a émis un mandat d'arrêt à l'encontre de Hans Jecklin. La raison? L'entrepreneur alémanique, qui se dit adepte de la psychologie jungienne et du Tao, n'a répondu à aucune des demandes du juge dans une procédure qui l'oppose à ses créanciers, Invesco High Yield Fund, un fonds d'investissement de la banque Morgan Stanley.

Comme Gotham City l'écrivait en mai 2018, le Suisse est accusé d'avoir détourné de l'argent pour son propre compte, après l'échec du projet de casino Las Vegas Resort at Summerlin. Ce plan pharaonique avait capoté et provoqué la faillite de Seven Circle Gaming Corporation, la filiale américaine du groupe de Hans Jecklin, Swiss Casinos AG. Plus de 100 millions avaient disparu dans la débâcle, et Morgan Stanley a considéré que l'entrepreneur suisse n'y était pas pour rien.

La banque lui réclame plus de 38 millions de dollars, plus les intérêts depuis 2003. En avril 2019, la justice américaine a rendu un jugement en faveur de Morgan Stanley. Qui, deux mois plus tard, a demandé des informations (discovery) sur le patrimoine de Hans Jeckin dans le but de saisir des avoirs.

Cour non reconnue par la défense

Mais aux États-Unis, ses avocates Tamara Peterson et Nikki Baker n'ont rien transmis, expliquant qu'elles «ne se conformeront pas à l'ordonnance de la Cour obligeant la communication préalable parce qu'elles n'acceptent pas la compétence de cette Cour et qu'elles considèrent que sa décision n'est pas exécutoire en Suisse».

Les plaignants ont réclamé des sanctions, acceptées par la justice, qui a émis un mandat d'arrêt pour «outrage». La Cour d'appel vient de le valider, fin août, rejetant un recours de Hans Jecklin. S'il pose le pied aux États-Unis, il devra donc être incarcéré. «Cette arrestation est destinée à être coercitive et non punitive», précise le juge.

Joga et préceptes zen

Depuis ses déboires outre-Atlantique, Hans Jecklin semble avoir changé de vie. Son groupe Swiss Casinos Holding AG a été vendu à Hans-Ueli «Jöggi» Rihs. Depuis, la vie de cet octogénaire est rythmée par le yoga et les préceptes zen, comme il l'explique sur son site personnel.

«Si l'intention d'exprimer cet amour et cette sagesse infinis dans la manière dont nous nous sentons, pensons et agissons dans notre vie quotidienne ne doit pas rester une promesse vide, nous devons reconnaître et intégrer les aspects les plus sombres de notre nature - les influences personnelles, culturelles et animales inconscientes et écrasantes qui peuvent subrepticement confondre nos actions, écrit-il. Au lieu d'en avoir honte et d'en être irrités, nous pouvons les reconnaître à cœur ouvert et admettre leur potentiel d'enrichissement de notre être».

Hans Jecklin a toujours fermement contesté les accusations dont il fait l'objet aux États-Unis. Contacté, il n'a pas répondu aux sollicitations de Gotham City.

Gotham City

Fondée par les journalistes d’investigation Marie Maurisse et François Pilet, Gotham CityLien externe est une newsletter de veille judiciaire spécialisée dans la criminalité économique.

Chaque semaine, elle rapporte à ses abonnés les cas de fraude, corruption et blanchiment en lien avec la place financière suisse, sur la base de documents de justice en accès public.

Tous les mois, Gotham City sélectionne l’un de ses articles, l’enrichit et le propose en accès libre aux lecteurs de SWI swissinfo.ch.

End of insertion

Les commentaires ont été désactivés pour cet article. Vous pouvez trouver un aperçu des conversations en cours avec nos journalistes ici. Rejoignez-nous !

Si vous souhaitez entamer une conversation sur un sujet abordé dans cet article ou si vous voulez signaler des erreurs factuelles, envoyez-nous un courriel à french@swissinfo.ch.

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.