Navigation

La Suisse est-elle trop ennuyeuse?

L’allusion ironique de la ministre Sabina Frederic à la sécurité prévalant en Suisse a provoqué la polémique. La Nacion

La tranquillité proverbiale de la Suisse fait la une des journaux en Argentine. Un pays d'Amérique du Sud où certains rêvent des conditions de vie suisses. 

Ce contenu a été publié le 09 septembre 2021 - 14:14

Tout a commencé par une phrase lancée par la ministre argentine de la Sécurité nationale, Sabina Frederic. Elle devait se justifier après un braquage qui a fait deux morts – le voleur de 19 ans et un retraité de 69 ans - dans la banlieue de Buenos Aires. La criminalité galopante et les conditions précaires dans les prisons font à nouveau la une des journaux argentins.

Ainsi, le 30 août, une journaliste de radio a demandé à la ministre s'il était nécessaire d'émigrer pour vivre sans crainte. Sabina Frederic a répondu: «Non. Ou bien en Suisse, peut-être. C'est certainement beaucoup plus calme en Suisse, ça c'est sûr.» La ministre a ensuite ajouté en riant: «Mais aussi plus ennuyeux.»

Contenu externe

Ces déclarations ont suscité de vives critiques en Argentine. Des appels à la démission ont été lancés. L'Argentine a eu un débat national, avec la Suisse en référence.

L'ambassadeur suisse Heinrich Schellenberg a ajouté son grain de sel. Il a réagi sur Twitter en y postant une vidéo promotionnelle réalisée par Suisse Tourisme mettant en scène la star du tennis Roger Federer et l'acteur américain Robert de Niro. Le message de la vidéo: la Suisse est trop peu excitante pour la star du film noir Robert de Niro, donc idéale pour des vacances sans drame.

Le sang-froid humoristique du représentant d'un pays aussi ennuyeux a été bien accueilli en Argentine. Le tweet de l’ambassadeur est devenu viral, partagé des milliers de fois et repris par les médias argentins. Un commentaire parmi d'autres: «Bravo, Monsieur l'Ambassadeur! Beaucoup d'Argentins adoreraient le "no drama" de la Suisse. Tout le monde a un travail, tout fonctionne, les gens se respectent, tout le monde peut étudier et il y a les meilleurs transports, nous souhaitons tout cela.»

A la suite du commentaire de la ministre de la Sécurité, les médias argentins ont également interviewé des compatriotes vivant en Suisse. Interrogée par La Nación sur ce que signifie pour elle l'ennui, une jeune Argentine, Micaela Lopez Nesci, qui vit à Neuchâtel, a répondu: «La vraie vie, c'est de pouvoir vivre en sécurité, lorsque je rencontre un ami et qu'il me raconte comment il a passé ses vacances, et non comment un de ses proches a été cambriolé la semaine dernière. Si c'est ennuyeux, je préfère l'ennui.»

Et dans un commentaire titré «Quel plaisir ce serait de vivre dans un pays ennuyeux», le rédacteur en chef du puissant quotidien Clarin, Pablo Vaca, établitLien externe des comparaisons entre la Suisse et l'Argentine:

Revenu annuel par habitant: 86’000 dollars contre 8400 dollars en Argentine.

Inflation: de 0,7 % en Suisse à 51 % en Argentine.

Décès dus à la Covid par million d'habitants: 1246 en Suisse, 2472 en Argentine.

Chômage des jeunes: de 3,5 % à 30 % en Argentine.

Taux d'homicides: 0,59 pour 100’000 habitants contre 5,36 en Argentine.

Le journaliste parle ensuite de la démocratie directe. «Cette année, par exemple, les Suisses ont déjà voté en mars pour l'interdiction du voile intégral et un accord commercial avec l'Indonésie. En juin, ils ont adopté une loi contre le terrorisme et rejeté une réduction des émissions de gaz à effet de serre. En septembre, ils se rendront aux urnes pour le mariage homosexuel. Ça n'a pas l'air ennuyeux.»

Lors de l’enterrement d'une adolescente de 18 ans poignardée à mort en février 2021 à Rojas, dans la province de Buenos Aires. L’Argentine souffre d’un taux élevé d’homicide. Copyright 2021 The Associated Press. All Rights Reserved.

Cela dit, les Suisses ne se sentent pas vraiment en sécurité dans leur pays non plus. Selon le Global Peace Index, la Suisse est le dixième pays le plus sûr du monde. Mais cela ne semble pas rassurer la population helvétique. Selon une enquête réalisée en 2018 par la Haute école spécialisée de Zurich (ZHAW), 61% des personnes interrogées estiment que la criminalité a augmenté en Suisse au cours des dix dernières années et 68% pensent que la population étrangère commet de plus en plus de crimes. Toutefois, l'étude des scientifiques zurichois montre également que ces craintes ont peu à voir avec l'expérience personnelle.

Nous en avons parlé ici:

Les commentaires ont été désactivés pour cet article. Vous pouvez trouver un aperçu des conversations en cours avec nos journalistes ici. Rejoignez-nous !

Si vous souhaitez entamer une conversation sur un sujet abordé dans cet article ou si vous voulez signaler des erreurs factuelles, envoyez-nous un courriel à french@swissinfo.ch.

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.